Droit des locataires et propriétaires : zoom sur les dernières évolutions


Le droit des locataires et des propriétaires est en constante évolution, afin de s’adapter aux nouvelles réalités du marché immobilier et aux besoins des parties concernées. Dans cet article, nous vous proposons un tour d’horizon complet des dernières évolutions législatives et jurisprudentielles ayant un impact sur les droits et obligations des locataires et propriétaires.

1. Encadrement des loyers

L’une des principales réformes récentes en matière de droit locatif concerne l’encadrement des loyers. Cette mesure, initialement mise en place par la loi ALUR en 2014, a été réintroduite progressivement dans certaines zones tendues depuis 2019. Elle prévoit que les loyers ne peuvent pas dépasser un plafond fixé par arrêté préfectoral, qui dépend de la localisation et du type de logement.

Cette mesure vise à protéger les locataires contre les hausses excessives de loyer lors de la relocation ou du renouvellement d’un bail. Toutefois, il convient de noter que l’encadrement des loyers ne s’applique pas partout en France et que certaines exceptions sont admises (notamment pour les logements présentant un caractère exceptionnel).

2. Bail mobilité

La loi ELAN, adoptée en 2018, a introduit une nouvelle forme de contrat de location : le bail mobilité. Ce dispositif, destiné aux personnes en situation de mobilité professionnelle ou de formation, permet de conclure des baux d’une durée comprise entre 1 et 10 mois, non renouvelables.

Le bail mobilité présente plusieurs avantages pour les locataires et les propriétaires. D’une part, il offre une plus grande souplesse pour les personnes ayant besoin d’un logement temporaire. D’autre part, il exonère les propriétaires du paiement de la taxe sur les logements vacants.

3. Renforcement des obligations du bailleur

Les dernières évolutions législatives ont également renforcé les obligations du bailleur en matière de délivrance et d’entretien du logement. Ainsi, depuis la loi ALUR et la loi ELAN, le bailleur doit notamment :

  • Annexer au contrat de location un diagnostic technique global (DTG) pour les immeubles en copropriété
  • Fournir au locataire un logement décent, exempt de toute infestation de nuisibles ou parasites
  • Effectuer les travaux nécessaires pour assurer la jouissance paisible du logement par le locataire

Ces obligations s’ajoutent à celles déjà existantes en matière de sécurité et d’habitabilité du logement (diagnostics obligatoires, respect du plomb dans l’eau potable…).

4. Protection accrue des locataires en difficulté

Les droits des locataires ont également été renforcés ces dernières années, notamment en ce qui concerne les personnes en situation de précarité ou de difficulté financière. Parmi les mesures phares, on peut citer :

  • La trêve hivernale, qui interdit les expulsions locatives du 1er novembre au 31 mars de chaque année
  • Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL), qui aide les locataires à accéder ou à se maintenir dans un logement décent
  • La garantie Visale, qui assure gratuitement le paiement des loyers impayés aux propriétaires pour les locataires éligibles

Ces dispositifs ont pour objectif d’assurer un meilleur équilibre entre les droits des locataires et ceux des propriétaires, et de lutter contre la précarité énergétique et le mal-logement.

5. Evolution jurisprudentielle : la notion d’abus de droit

Enfin, il convient d’évoquer une évolution notable en matière jurisprudentielle : la reconnaissance par la Cour de cassation de la notion d’abus de droit en matière locative. Selon cette jurisprudence, un propriétaire peut être sanctionné s’il utilise ses droits de manière excessive ou abusive, au détriment du locataire.

Cette notion d’abus de droit permet ainsi aux juges d’apprécier au cas par cas si un acte du bailleur est disproportionné ou injustifié, et de prendre en considération l’intérêt général et les droits fondamentaux des parties.

Le droit des locataires et des propriétaires est en constante évolution, afin de s’adapter aux nouvelles réalités du marché immobilier et aux besoins des parties concernées. Les dernières réformes législatives et jurisprudentielles ont notamment renforcé l’encadrement des loyers, créé le bail mobilité, accru les obligations du bailleur et protégé davantage les locataires en difficulté. Il est donc essentiel pour les locataires comme pour les propriétaires de se tenir informés de ces évolutions pour connaître leurs droits et obligations respectifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *